Silent Voice

Un voyage troublant…

poétique et réaliste au coeur du problème de l’intégration en classe.

Edité par Ki-oon, A Silent Voice – Koe no katach littéralement La Forme de La Voix a bien été reçue par la critique comme par les internautes. La série à ce jour vendue à plus de 700 000 exemplaires en moins de quatre mois au Japon et nous avons la chance de voir la traduction arrivée rapidement sur notre sol ! C’est un shonen de  Yoshitoki Ōima, prépublié dans le magazine Weekly Shōnen Magazine

Silent Voice, déchaine les passions, Pourquoi un tel intérêt ?

silent voice

Tout simplement parce que cela parle d’un sujet qui est de plus en plus présent dans nos écoles… le harcèlement…
Tout d’abord, nous suivons l’histoire de Shoya et Shoko, deux élèves de primaire dans une école classique. Le premier est un garçon turbulent, qui passe sa vie à chercher des émotions fortes en se lançant des défis avec ses amis. Bref un enfant comme les autres mais juste un peu plus actif. Tout semble se passer normalement jusqu’à l’arrivée dans sa classe de Shoko, une élève malentendante. Propulsée dans une classe d’élèves tous valides, elle va faire de son mieux pour s’intégrer, comme par exemple elle ne se déplace jamais sans son carnet pour communiquer.

Tout bascule…

Pourtant, Shoya, ayant lui aussi besoin d’attention, ne va pas hésiter à la chahuter. Ensuite, Shoko ne trouvant pas de limites et le soutien du reste de la classe, tout cela va rapidement se transformer en brimades et violences gratuites. Pire encore : tout se déroule sous le regard d’un professeur qui ne réagit pas… Ceci jusqu’à la demande de la mère de Shoko qui n’en peut plus de devoir remplacer les appareils auditifs de sa fille.

C’est à ce moment-là que la classe va se retourner contre Shoya. A partir de cet événement tout va basculer dans la vie du jeune garçon. Il va se retrouver à son tour, mis de côté et brimer par les autres élèves, comprennent mieux le quotidien de Sohko.

Shoko décidera quand même de quitter l’établissement afin de pouvoir repartir sur des bases saines ailleurs… Mais ce n’est pas le mot de la fin! Plusieurs années après, Shoya, ayant fini par plongé dans le remord, décide de faire marche arrière et de tenter de retrouver Shoko. Son objectif:  se faire pardonner

Une sensation de déjà-vu?

“A Silent Voice” est un produit manga qui nous rappelle le célèbre” LIFE” mais avec plus de poésie et une douceur de vivredans les personnages. La fin est très différente et apporte un angle de vue beaucoup plus orienté sur le handicap. L’auteure décrit avec un réalisme surprenant le quotidien d’un japonais victime de l’Hijime. De plus la réalisation est à tomber par terre, la surdité est parfaitement exprimé à travers un parti pris graphique novateur. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’immerger à ce point dans la scénographie d’un manga. Silent Voice

Le film tiré du manga est un véritable succès, sorti dans 120 salles du Japon, il réalise un sore d’un milliard de yens