violet evergarden

Ceux qui me connaissent, ont l’habitude de m’écouter débattre sur la notion de l’homme, de l’humanité et notre rapport à la machine…
Je me suis donc naturellement ruée sur ce petit bijou lorsqu’il a été publié sur Netflix…

Violet Evergarden : La question du coeur ?

Dans ce light novel écrit par Kana Akatsuki et illustrée par Akiko Takase, nous suivons le parcours de Violet.

Utilisée comme ressource pendant la guerre, Violet doit maintenant trouver sa voie. Cela est complexifié, car la guerre lui a laissé des stigmates visibles qui ne l’aident pas à s’intégrer: deux bras mécaniques…Se libérer de sa condition d’arme / robot / android (sa condition n’est pas clairement exprimée) est au centre du manga. Dès les premiers épisodes (actuellement 6 sont disponibles) on retrouve les thématiques chères à la robotique. J’ai trouvé la réalisation particulièrement touchante, les couleurs sont peu contrastées et posent un décors très steampunk, loin des habituelles scénographies post apo… On pourrait presque oublier que c’est un contexte post guerre. Celle-ci n’occupant pas une place prépondérante dans la narration.

Aujourd’hui, elle doit apprendre à vivre sans la présence du Commandant de l’armée de Leidenschaftreich Gilbert. Celui-ci semble avoir été à ses côtés depuis toujours. C’est grâce à lui qu’elle a traversé cette horrible guerre. C’est dans un souci de comprendre l’héritage qu’il lui a légué qu’elle décide de rentrer aux services de postes de devenir une Poupée Automatique de Souvenir. Son objectif, dépasser sa condition et comprendre ce que veut dire “AIMER”

Les Auto Memories Doll:

Une Poupée Automatique de Souvenir est une poupée inventée par le professeur Orland pour aider sa femme aveugle Mollie à écrire ses romans. Plus tard, tout comme Violet Evergarden, elles seront louées à d’autres personnes qui ont besoin de leurs services. Ce terme fait aussi référence avec le temps aux écrivains publics ; à toutes personnes capables de retranscrire les sentiments d’un autre. Claudia prend sous son aile Violet et lui présente Catleyla Baudelaire. J’ai adoré la référence à cet auteur qui irait très bien dans le décors de l’anime. C’est avec l’aide des autres poupées que Violet va commencer son apprentissage. Une auto memories doll a pour mission de rédiger des lettres pour le compte des clients. Il peut s’agir de toute sorte de lettres, des lettres d’amour, des lettres de réconciliation, des lettres vindicatives…

Ainsi la première leçon que Violette découvre bien malgré elle, c’est que dans le monde des humains, il ne faut pas être factuel. Il lui faudra apprendre la notion de double sens, savoir décoder les sentiments même quand ils ne sont pas clairement exprimés. Le coeur des Hommes est un océan dans lequel il est facile de se perdre. Pour Violet il faudra apprendre à comprendre les enjeux des mots, leur double sens. Réussir à se lier et faire des rencontres pour trouver la part d’humanité qu’elle désire tant.

Mon avis :

Pour ma part, j’ai aimé le choix du cadre, la lumière qui entoure cet anime et les personnages. Ils sont tous très complexes et tentent d’évoluer. Cela m’a fait penser à des personnages que j’adore comme Asuka d’Evangélion. Ou encore la très célèbre Capitain Kuzanagi, je vous prépare une analyse entre l’animé et le manga… Non non le film n’existe pas ! Bref si vous aimez vous torturer l’esprit sur fond post-apo pour savoir ce qui fait de nous des hommes, ce manga est pour vous… Par contre, si vous attendez plutôt de la baston ou autre… Passez votre chemin !

Enfin petite mention spéciale pour les 2 premiers épisodes qui ne comportent ni opening ni ending. L’objectif étant de déployer toute la magie de l’univers. C’est un parti pris qui montre bien  cet animé tend à être dans une proximité avec le format original le light novel. Mais aussi de créer un univers complexe.